• Mes maux de dos ont été suffisant pour que je soit dispenser d'entraînement. Enfin, je fait semblant pour faire durer le plaisir et me moquer de mes amis sans avoir l'occasion de souffrir. Je trouve ce mode de vie cruel et sadique, mais merveilleux.

    Justement, Elisabeth était au bord de la crise de nerfs, non par ma faute, mais celle des deux faucons. Elle fut vite calmé par un rugissement de Sekhmet qui nous prévenait que le repas était prêt. Nous partîmes tous en direction du repaire pour manger.

    Le repas terminé, nous sommes aller dormir, repus. Plus tard, je me suis levée, ne trouvant pas le sommeil. Je me suis allongée sur le toit de la grotte et me suis mise à contempler le firmament avant de m'envoler dans mes rêveries.

    Ce bras de la voie lactée que nous pouvions voir de notre si petite planète, nous, misérables mortels sans doute seuls dans l'univers. Pauvre créatures nous étions dans cet espace que nous pourrions explorer dans son intégralité. Cette solitude spatiale dont personne ne trouverait la clef de mystères eux-même méconnus. Tous ce que les Hommes cherche à savoir sur cet Univers infini n'est peut-être qu'à un pas de nous, mais peut-être qu'il est à notre opposé...

    Je fut arraché de mes pensée par le son d'une voix. Je regardait en direction de cette voix et vit Luigi qui s'était allongé près de moi. Il me regarda et dit ce mots:

    -Daisy! Ca va?

    -Oui, répondit-je.

    -Tu avais ailleurs. tu es sûre?

    -Ne t'en fais pas, affirmai-je en esquissant un doux sourire.

    Luigi rougit un peu et tourna la tête. Il n'osait pas vraiment me regarder quand j'essayait de le charmer. Je pouvait le comprendre: malgré qu'il cherche à le cacher, il me trouvait irrésistible. Je préférait changer de sujet avant qu'il soit dans vraiment l'embarras.

    -Tu n'étais pas obligé de venir. J'ai pas envie que tu gâches ton sommeil pour moi.

    -Je suis pas spécialement fatigué, m'expliqua-t-il.

    Nous regardions les étoiles. Au bout de plusieurs minutes, je décidai d'expliquer à Luigi les conséquences qu'il y aurait si on échouait. Il ne fallut pas lui répéter que la fin du monde approchait et qu'on devait s'activer.


    votre commentaire
  • Je sentait quelque chose peloter contre moi, quelque chose semblable à un être humain. J'ouvrit lourdement les yeux et essaya de me lever, bien que j'eut un certain mal à cause de cette masse contre moi. Je décidai de la regarder et devin écarlate quand je constatai que c'était Luigi qui était collé à moi comme ça. Dans mes souvenirs, il était pas contre moi quand je me suis endormie, il avait du se rapprocher de son plein gré. Je bougeai tant bien que mal en essayant de ne pas le réveiller, puis quand je fus libérée, je le regardai une dernière fois avant de me retourner pour partir. Une voix se fit entendre dans mon dos:

    -Daisy!

    Je me retournait en sursaut et vit que Luigi était réveillé.

    -Espèce d'imbécile! Tu m'a fait peur! dit-je avec une certaine colère.

    Il s'excusa puis me demanda où j'allait. Je lui expliquait que j'allait au temple des élus pour chercher les talismans. Luigi voulut m'accompagner et insistait malgré mon refus. Il fallut qu'il revienne sur mon faux mal de dos pour que j'accepte. C'était du chantage, mais je préférait qu'il ne le dise pas à Aqualine. Nous partions tous les deux pour le temple des élus.

    Ce temple était juste magnifique. Les murs étaient couverts de diverses fresques et un chemin entourée de statues et de piédestaux nous menait dans une autre salle avec différentes cascades. Là-bas se trouvait des pierres qui semblaient scellées. Je décidait de prendre les pierres avant de partir.

    En sortant, Luigi et moi nous sommes fait interpeller. On regarda en direction de la voix et constations que c'était ce Bowser qu'aucun de nous deux pouvait saquer. Je me préparait à lui répondre quand une des pierres se brisa et qu'un talisman en sorti pour s'approcher du roi Koopa. Luigi et moi le regardait, à la fois surpris et choqués. Aucun de nous voulaient faire équipe avec Bowser mais nous y étions contraints. Nous nous décidions d'un regard on força le puissant Koopa de nous suivre.


    votre commentaire
  • En ayant constaté que Bowser devait nous aider, nous décidions du lui raconter la légende des élus. Malheureusement, il n'en croyait pas un mot et préférait se moquer de nous. Je parti chercher un bâton pour le frapper si il continuait de rire. Etrangement, il se mit à nous croire sur parole, je commençait même à croire qu'il avait peur de moi. Bowser nous disait qu'il avait une idée, mais que cette dernière était dangereuse.

    -Mais voyons gros sac, rien ne me fait peur! m'exclamait-je

    -Sauf les araignées, me corrigea Luigi.

    -Oui, sauf ça.....

    -Ce n'est pas la question petite insolente, reprit Bowser, il ne faut du courage, mais de la ruse.

    -Je suis rusée comme un renard! criait-je.

    -Et discrète comme un réveil matin, soupira le plombier.

    -Et beaucoup de discrétion, expliqua Bowser.

    Le silence s'installa. Bowser semblait attendre quelque chose de nous.

    -C'est quoi ton plan? demandait-je avec un ton plus apaisé.

    -Siéger le château de Champiville, répondit Bowser.

    Luigi et moi le fixions d'un air choqué avant de lancer un "quoi?" en choeur. Le royaume étant envahi par les Ombres, il serait du suicide d'y aller. Nous tentions tant bien que mal de l'expliquer au roi Koopa mais celui-ci ignorait bien notre mise en garde.

    -Vous avez une autre idée? interrogea-t-il.

    Luigi et moi baissions les yeux. Aucun de nous deux avait une idée de comment s'y prendre et je constatai que Bowser avait la meilleur solution. Attaquer Champiville pour y faire une base était une bonne idée car on aurait tout ce qu'il faut là-bas.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique